Formulaire de contact
Votre demande a bien été envoyée.
Veuillez saisir votre nom
Merci de saisir une adresse e-mail
Le format de l’e-mail est incorrect
Veuillez saisir le nom de votre société
Veuillez saisir un message

Surveillance de sous-marins grâce à l’IA

← Toutes les ressources
Use cases
Surveillance de sous-marins grâce à l’IA

01/07/2021 par Preligens

Avec un trafic annuel de navires important, le port de Bandar Abbas, en Iran, est spécialisé dans les opérations de ravitaillement en carburant et d'avitaillement.

Ce port est le plus grand complexe d'exportation de pétrole et de ravitaillement du pays, et contrôle le détroit d'Ormuz, porte d'entrée du Golfe Persique. Il s'agit donc d'un site hautement stratégique pour l'Iran.

Le port de Bandar Abbas abrite deux composantes : on y distingue la marine iranienne (IRIN) — qui maintient une forte présence dans le port, en raison de la dépendance du pays vis-à-vis du golfe Persique, tant pour le commerce que pour la sécurité, et la marine des gardiens de la révolution (Pasdaran ou IRGCN), qui occupe elle le bassin ouest.

La marine iranienne exploite trois sous-marins diesel-électrique (SSK) de classe Kilo. Nommés Tareq, Noor et Yunes, ils constituent l'un des types de navires les plus courants exploités par la marine iranienne, et les plus stratégiques. Ces sous-marins sont normalement accostés dans la section militaire du port.

Le 29 juillet 2019, l'algorithme de classification de navires de Preligens a automatiquement détecté un sous-marin SSK de classe KILO amarré à l'extrémité du quai qui lui est dédié, ainsi que plusieurs sous-marins SSC de classe YONO.

L'un des trois kilos a été facilement trouvé, mais où sont les deux autres ?

Il y a plusieurs explications possibles : ils peuvent se trouver dans une autre partie du port (et seraient alors repérés par notre algorithme d'IA), mais ils peuvent aussi être en mer, ou en cours de maintenance.

En effet, une zone spécifique du port est dédiée à la maintenance et à la construction de navires. Les sous-marins nécessitant des réparations sont déplacés dans le bassin de radoub visible ci-dessous, et une structure extérieure, appelée "sarcophage", est construite au-dessus d'eux.

Le sarcophage a deux fonctions : il garantit que l'imagerie satellite ou drone ne puisse pas être utilisée pour voir ce qui se passe en dessous, et permet également de contenir les déchets volatiles émanant des travaux de coque.

Les analystes de la défense savent toutefois que c’est un autre sous-marin SSK Kilo qui se trouve en dessous. Pour que le sous-marin puisse sortir, la structure externe doit être retirée. Si le sarcophage est en place, cela signifie qu'un sous-marin est présent.

Quant au troisième SSK Kilo, plusieurs autres dates montrent sa présence, amarré près du premier mentionné.

Ainsi, si à une date donnée le troisième sous-marin n'est pas détecté par notre algorithme dans l'image alors que le second est en réparation : il est donc en opération en mer.

 

Pour plus d'informations voir le Tip&Cue n°5 : Disparition de sous-marins à Bandar Abbas

Articles en relation
Produits IA et télédétection : oui, c'est difficile et oui, il faut une bonne infra [EN]
Produits IA et télédétection : oui, c'est difficile et oui, il faut une bonne infra [EN]
Produits IA et télédétection : oui, c'est difficile et oui, il faut une bonne infra [EN]
Est-il difficile pour une IA de détecter des navires sur des images satellites ? [EN]
Est-il difficile pour une IA de détecter des navires sur des images satellites ? [EN]
Est-il difficile pour une IA de détecter des navires sur des images satellites ? [EN]